Naïveté, chocolat, zoo, porte d’enfer, Reimonenq et plantes du diable

Advertisement

Published: August 28th 2023

Edit Blog Post


Les filles avec leurs bananes fressinetteLes filles avec leurs bananes fressinetteLes filles avec leurs bananes fressinette

Mardi 22 août. Vous aurez deviné par le titre que l’attrait du chocolat ne fut pas de taille face à l’attrait de la désagréabilité… De tout le voyage, les filles ne sont jamais levées après 7h. Jamais? Pas exactement. Elles se sont levées à 8h une fois. C’était la fois qu’on devait tout ramasser pour quitter à 9h. Cela dit, Geneviève est une ninja alors on a quand même réussi à tout ramasser à presque temps. Pas de crevaison ce matin. J’ai mis un peu de Schumacher dans mon café et hop, on est arrivé pile à l’heure (Delphine avait un peu mal au cœur, mais ça passera avec le chocolat).

Début de la visite donc à 9h30. On entre, on paie et la fille de nous dire : « C’est une auto-visite. On fait juste se promener (tous dans le même tapon parce-qu’on est tous arrivés en même temps). Et on se rejoint tous à telle place pour la dégustation… J’ai vu rouge. Heureusement qu’on ne parle pas la même langue alors ils n’ont pas compris ce que je disais, mais Geneviève s’inquiétait pour ma pression… Finalement, pour une rare fois, je me suis un peu énervé pour rien.

Nos attentesNos attentesNos attentes

Ben… pas pour rien, mais… c’est lors de ladite dégustation que ça devient intéressant. Et pas juste parce-qu’on mange du chocolat. Les explications sont pertinentes et on goute au cocoa à toutes les étapes. C’est fort instructif. Et délicieux. Pour une délicieuse recette avec cocoa et autres gateries), voici un lien.


“>


Et comme on est parti tôt, que le check-in de notre autre airbnb est juste à 17h, on doit s’occuper. Direction parc des Mamelles (le zoo de la Guadeloupe, pas une plage nudiste), qui est sur le chemin. Ça va. C’est un zoo. Rien de tant spécial à signaler. Le léopard noir dormait. Le puma faisait de la stéréotypie. Une tortue essayait de se cacher, une autre était sur le dos, une 3e sur le côté. Ses congénères passaient tous à côté sans l’aider. Alors soit les tortues sont sans cœur, soit la tortue sur le côté était un trou de cul. Cela dit, mention spéciale de Sylvie qui a trouvé qu’il y avait plus d’explications sur la flore qu’au jardin botanique… Les filles ont bien aimé. Par contre, il y avait également un parcours de passerelles aériennes qui était intéressant. On a menti sur l’âge

La réalité (ajoutez dans votre tête l'odeur de putréfaction)La réalité (ajoutez dans votre tête l'odeur de putréfaction)La réalité (ajoutez dans votre tête l’odeur de putréfaction)

de Romy (c’était 8 ans et plus) mais comme elle est grande (minimum de 120 cm), ça a bien passé.

On arrive donc vers 17h à notre nouvel appart qui n’a clairement pas la même vue que l’autre mais qui a tout de même une belle cour et est à 5 minutes à pied de la plage. Ce qui est assez cool. En temps normal. C’est sans compter les plantes du diable! Eh oui, le premier soir, on se dépêche d’aller se baigner à la plage. Déception. La baie est remplie de sargasses. Elles sont arrivées la veille (et pendant la nuit) alors ça ne pue pas… encore. Mais c’est franchement désagréable.

Mercredi 23 août. Bonne fête Marcos!

On retourne à la plage. Beaucoup de vagues. Visibilité médiocre dans l’eau. Ça commence à sentir le cadavre… On passe quand même la matinée à la plage. L’après-midi est consacré au lavage et aux ti-punchs.

Jeudi 24 août, on se dirige vers la porte de l’enfer. Il y a de belles petites randonnées à y faire avec un restaurant qui donne directement sur une belle plage idéale pour les familles. Arrivés au parking du resto, on sort de

Romy insatisfaite de l'odeur...Romy insatisfaite de l'odeur...Romy insatisfaite de l’odeur…

l’auto et aussitôt, on est assailli par une puanteur insupportable. C’est le bourbier de l’éternelle puanteur. Et non, c’est pas parce-que j’ai pété. Le restaurant où on devait manger est fermé. Et la raison est bien simple. Toute la baie de la porte de l’enfer est remplie de sargasses en putréfaction. On se dépêche de passer pour nous rendre au trou de madame coco. Qui heureusement n’est pas trop loin. J’essaie de convaincre Geneviève que c’est sécuritaire de sauter mais je pense que j’ai déjà épuisé ma banque de cascades pour 2023. On coupe court à la rando puisque notre plan de diner est scrappé par la flora locale (qui n’est semble-t-il pas locale du tout. Paraitrait que la sargasse vient du Brésil et de l’Afrique…).

Direction Anse-à-Bertrand pour diner, en espérant que la sargasse n’y soit pas… (il paraitrait que la sargasse affecte surtout le côté est de la Guadeloupe et beaucoup moins le côté ouest. Et la rive de l’anse à Bertrand donne sur l’ouest…).

Demi succès. Il n’y a pas de sargasses mais comme l’eau devient profonde très vite, tout le monde est cordé dans le premier 10 pieds… C’est pas vraiment agréable. Ça pue,

Le trou de madame cocoLe trou de madame cocoLe trou de madame coco

mais différemment. Et entre une odeur nauséabonde et des troupeaux de gens, mon choix est assez facile… Je réussi quand même à trouver un spot en snorkeling avec quelques anémones et poissons autour. Mais je m’ennuie de la plage du petit Malendure…

Vendredi 25 août, Geneviève insiste pour que je choisisse une distillerie à visiter. Avant de partir, j’avais regardé un peu les distilleries les plus intéressantes et je m’étais fait un top 10 de celles que je voulais visiter… Dans mes rêves… Je finis par jeter mon dévolu sur la distillerie Reimonenq. Pas tant pour le rhum lui-même mais surtout parce-que c’est le musée du rhum et il y a d’autres expositions pour les filles (insectes, animaux en bois, répliques de bateau). Surtout, on peut arriver et visiter quand on veut. L’autre distillerie à moins d’une heure de voiture, Gwadinina, a un horaire avec visites à heures fixes et réservation. Rejetée… La visite de Reimonenq est ordinaire, tout comme la dégustation, qui se fait sur un bout de comptoir, le même comptoir où se massent les gens qui veulent acheter des bouteilles. C’est comme le pire set-up de l’univers. Mais j’essaie de voir le plus de positif parce-que

La falaise de la porte d'enferLa falaise de la porte d'enferLa falaise de la porte d’enfer

c’est la seule distillerie qu’on va visiter. Alors je vais dire : la fille au comptoir était fine et a donné des jus aux enfants. On a acheté pleins de petites bouteilles (qu’on n’a pas goutées) alors soit on va vivre une belle expérience de dégustation à notre retour, soit je vais juste boire les bouteilles une soirée de déprime…

Après le diner, qu’est-ce qu’on fait? *roulement de tambour*. Eh oui, on retourne à la plage. Je commence presque à regretter d’avoir emprunter le masque de Julie-Kim pour Romy… Plage des amandiers. Rien à voir en snorkeling mais les filles s’amusent dans les vagues et Delphine se creuse un trou dans le sable dans lequel elle empile ses trésors. Bonne nouvelle par contre, on est pratiquement seuls sur la plage. Une grande partie de la plage n’est pas praticable puisque sur les roches après 5 pieds dans l’eau. Alors elle est peu fréquentée. Encore une fois, entre les roches et les gueux, le choix est facile…

C’est tout pour aujourd’hui. Soyez sage. Nous revenons bientôt!

DGRDS

PS : Lors de l’arrivée à notre nouvel appart, la fille nous a dit qu’il y avait des scolopendres de

c'est clairement sécuritaire de sauter ici aussi c'est clairement sécuritaire de sauter ici aussi c’est clairement sécuritaire de sauter ici aussi


mais Geneviève ne veut rien savoir de me filmer… #tetedecochon

Guadeloupe, des genres de centipèdes venimeux. C’est une des seules bestioles « dangereuses » en Guadeloupe. Ça ne tue pas mais sa morsure est semble-t-il TRÈS douloureuse. Le temps de la visite, elle en a tué 3 dans le logement…

PS2 : à la plage des amandiers, on a croisé un chien (un gros mastiff, selon Geneviève) sur la plage. Geneviève n’a pas pu se retenir et a fraternisé avec ledit chien. Lequel s’est donc mis à nous suivre. Jusqu’à notre voiture. Des gens sont arrivés alors qu’on se préparait à partir. Le chien va les voir. La fille a peur des chiens comme de la peste et commence à nous crier après qu’on devrait garder notre chien en laisse… « C’est parce-que c’est pas notre chien, c’est un chien errant… » La fille a couru se réfugier dans sa voiture… On a été obligé de rappeler le chien et de s’en occuper le temps qu’elle ramasse ses affaires et parte…

PS3 : Autre désagrément des sargasses, c’est que c’est plein de bibittes. Qui piquent. J’ai les deux pieds couverts de piqures… cela il semblerait que je sois le seul à avoir un sang savoureux puisque personne d’autre

Les filles qui se font dévorer par un crododile...Les filles qui se font dévorer par un crododile...Les filles qui se font dévorer par un crododile…


ou un alligator. C’est caïman pareil…

n’a de piqures aux pieds……

PS4 : à la plage à côté de la maison, Geneviève a fraternisé avec un autre chien, Iommy, qui nous a ensuite suivis pour le reste de la journée. Jusqu’à la maison… Et ensuite jusqu’au resto… et de retour à la maison. C’est finalement le chat errant qui squat la cour qui l’a chassé…



Advertisement

Tot: 0.086s; Tpl: 0.011s; cc: 8; qc: 53; dbt: 0.0466s; 1; m:domysql w:travelblog (10.17.0.13); sld: 1;
; mem: 1.2mb

https://www.travelblog.org/Central-America-Caribbean/Guadeloupe/Pointe-a-Pitre/Grande-Terre/blog-1079164.html

#Naïveté #chocolat #zoo #porte #denfer #Reimonenq #plantes #diable

Add a Comment